3 raisons de ré-introduire les oméga trois quand on souffre de boulimie

Quelle incidence peuvent avoir les oméga trois dans les TCA? 

Voici ce que dit l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) dans une étude qui a déjà plus de 15 ans ( donc c'est pas nouveau hein 😜 )

"En France de 1965 à 1994,  la consommation journalière en terme de calories a baissé de 23% alors que le taux d'obésité a plus que doublé"

La qualité de consommation de nos graisses demande à être expliquée, notamment les omégas 3 et 6.

Même si tu ne souffres pas d'obésité, tu as des compulsions à cause d'un tout premier régime; puis tu as déréglé ton corps, cet article te concerne aussi.

 

1. Les oméga trois ont disparu de nos assiettes!

#Le rôle des oméga trois

Les oméga trois, sont essentiels

  • au bon fonctionnement de ton cerveau,
  • permettent une belle régénération de la peau 
  • donnent un bon équilibre nutritionnel
  • permettent aussi de diminuer l'obésité

En venant nourrir les neurones, ils exercent une influence positive considérable sur notre humeur et surtout sur notre satiété.

Hors, ces acides gras essentiels à notre santé, sont  difficiles à trouver aujourd'hui dans notre alimentation "industrialisée" et notre corps n'en produit pas seul.

Ce manque produit l'une des principales difficultés physiologiques à perdre du poids. Et surtout, ce manque d'oméga trois est constaté chez la majorité des personnes souffrant de boulimie ou d'anorexie.

 

#Le role des oméga six

Les oméga six, quant à eux, augmentent les risques d'obésité en stockant les graisses au niveau des cellules adipeuses, en créant des inflammations dans l'organisme et en créant des douleurs diffuses.

Fort est de constater que notre alimentation contient  un taux nettement supérieur d'oméga six que d'oméga  trois.

Alors que le ratio oméga trois/oméga six devrait être de 1/1 (comme au Moyen Age) il est aujourd'hui de 1/6.

En cause :

  • une augmentation de la consommation des huiles hydrogénées (huile de soja, huile de palme) modifiées par l'industrie et enrichies en oméga six pour leur permettre de ne pas rancir.
  • l'alimentation des bovins, nourris au ïs ( surcroit d'oméga six) au lieu d'herbe (oméga trois)
  • l'accélération de la croissance du bétail avec certaines hormones pour augmenter les profits

 

2. Les oméga trois sont essentiels pour nos hormones

Je suis persudée que la nutrition seule ne répond pas à toutes les questions sur le poids. S'il s'agissait d'une simple liste d'aliments autorisés ou à bannir, il y a longtemps que tous, nous aurions réglé nos problèmes de poids et de compulsions alimentaires.

J'aimerais ici appuyer sur l'importance d'une meilleure connaissance de nos différentes hormones, notamment l'insuline, le cortisol et la sérotonine et donc sur la neuro-nutrition.

Mes patientes qui présentent des problèmes de comportement alimentaire, ont souvent suivi dans leur vie, des régimes excessifs sans lipides et sans oméga trois. 

Elles ont souvent une mauvaise qualité de sommeil

  • sommeil perturbé
  • sommeil non réparateur
  • sommeil insuffisant

 

Leurs rythmes hormonaux, complétement déréglés, créent davantage de stress, fatigue et lassitude leur provoquant des compulsions.

Ces patientes ont crée, elles même, et sans le savoir, par leurs désordres alimentaires répétés, leurs pulsions boulimiques. En déréglant par les alternances régimes/boulimies, leur processus biologique naturel, qui perd alors ses points de repères.

Vient alors l'angoisse de l'échec, car malgré une volonté excessive de privation , le grignotage et les pulsions alimentaires s'intensifient et n'ont pour effet que d'augmenter le cortisol et la montée de glycémie, créant ainsi une resistance à l'insuline.

 

Ce corps en souffrance, exprime alors comme une lassitude et surtout la sensation de ne pas être comprise par autrui et la sensation de ne jamais pouvoir s'en sortir. Ces patientes finissent pas me dire qu'elles ne sont pas normales. 

3. Les oméga trois et la cellule

 

Depuis des années, voire des décennies, les patientes boulimiques, ont finit par "assécher" leurs cellules, créant ainsi le déréglement sus nommés.

Il est important ici de comprendre, qu'il ne faut pas brusquer le corps. Il est essentiel d'entendre qu'il faut prendre le temps de re-nourrir ces cellules.

 

#Mon tout premier conseil, est un conseil de naturopathie. Avant de commencer une action qu'elle quelle soit, il est primordial de faire une cure d'oméga trois. (je précise que je n'ai pas de sponsor ici ;-)  )

Pourquoi?

  • Car les parois de la cellule se sont désséchées. La cellule est devenue impérméables à toutes les bonnes choses qu'on voudrait y faire rentrer " de force" . Que ce soit de bons nutriments ou même des cures de vitamines etc...
  • Cela anéantirait tous les efforts (et dieu sait si l'y en a ) de la personne en souffrance de compulsions.

#J'aimerais re-faire un petit encart sur le sommeil. Si nous souffrons d'un sommeil perturbé et non réparateur, nous bloquons aussi la perte de poids. Si la boulimique, prend un repas légér le soir pensant "bien faire", mais en restant  dans un état d'esprit de restrictio , il se peut qu'elle déplace le problème , qui va alors se manifester lors de semi-réveils nocturnes durant lesquels elle va manger sans conscience.

J'insiste sur le fait que les oméga trois ne sont pas LA réponse mais une partie de la réponse.

Nous sommes des êtres  doués d'une grande intelligence (trop grande?) et nous en avons oublié les principes fondamentaux de notre Nature intérieure .

A vouloir contrôler, gérer ou restreindre notre alimentation par notre mental, nous avons oublié notre corps. C'est en nous faisant faire nos premières crises de compulsions que celui ci se rappelle à notre bon souvenir.

Comment allez-vous reprendre contact avec votre Nature intérieure?